L’Amour de la musique depuis 1972.

The Silencers

Au début des années 80, quatre jeunes de Glasgow s’exilent à Londres pour monter ce qu’ils appelleraient à l’époque un ‘vrai’ groupe. Un groupe qui composerait des chansons personnelles, empreintes d’émotion, dans le but de toucher les gens.

octobre 2023

The Silencersvendredi13octToute la journéeLa Maroquinerie – Paris (75)

The Silencerssamedi14octToute la journéeLe Grillen – Colmar (68)

The Silencersdimanche15octToute la journéeChez Paulette – Pagney Derriere (54)

À peine arrivés et déjà lassés des changements de modes incessants du Londres de l’époque, ils se mirent en quête de créer une musique qui serait à l’épreuve du temps, qui durerait : une musique intemporelle.
The Silencers était né et les voici aujourd’hui de retour avec un dixième album : Silent Highway. La recette reste inchangée. Des morceaux méticuleusement fabriqués de manière artisanale, des mélodies exaltantes et des textes sensibles.
Les douze titres qui composent Silent Highway vous marqueront et feront corps avec vous – un groove hypnotique qui vous fera taper du pied ou danser sur des paroles aussi bien authentiques, sincères ou irréelles que politiques, ironiques ou amusantes.

Jimme O’Neill, l’inénarrable leader, à la fois chanteur, auteur et compositeur, prend son rôle très au sérieux… Excepté quand il ne l’a pas décidé. 1/ 67 Overdrive 04:52 2/ Western Swing 04:18 3/ Whistleblower 03:38 4/ On High 01:54 5/ Sunnyside 03:54 6/ Silent Highway 05:35 7/ Rabbit 03:28 8/ Windswept Girl 07:22 9/ Whats Inna Name 04:30 10/ On Ma Mind 03:47 11/ Bringing Up the Young 04:46 12/ Torchsong 04:45

« J’adore m’amuser quand j’écris et compose une chanson, je n’y peux rien ! J’adore tous les styles de musique et puise mon inspiration dans ce qui m’entoure. J’écris sur ce que je vois, je ressens et j’entends. J’aime particulièrement mélanger la Pop, le Rock, le Blues, la Folk, la Country ou la Soul mais à la fin, ça sonnera toujours comme The Silencers.
Quand j’y arrive, je sais que je tiens quelque chose. » Silent Highway a été crée pendant le confinement de 2020 entre Nantes, Rennes et Glasgow, et co-produit par Jimme et Baptiste Brondy, batteur du groupe Delgrès. Baptiste a déjà joué avec les Silencers par le passé et Jimme s’amuse à rappeler leurs similitudes : ils sont tous les deux nés un 3 avril sous le signe du Bélier. Ils sont gauchers mais jouent comme des droitiers. Jimme et Baptiste étaient en somme faits pour se rencontrer et s’entendre à merveille ! « Nous pensons notre musique exactement de la même manière.
Nous sommes comme deux personnes avec un seul et même cerveau, comme si nous communiquions par télépathie. » Revenons-en à la genèse de ce dixième album. Jimme O’Neill souhaitait revenir aux sources de ce qui a forgé ‘le’ son des Silencers à savoir leur tout premier album A Letter from St. Paul, celui par lequel tout à commencé. Véritable vivier de tubes comme Answer Me, The Real McCoy, Bulletproof Heart ou I Can Feel It, mais dont le premier single, Painted Moon – hymne Blues puissant et marquant dans lequel Jimme relate sa vision et ses pensées à propos de la guerre des Falklands -, deviendra un hit international et reste encore aujourd’hui un des piliers des concerts du groupe.
Même si les trois premiers albums de The Silencers ont été disques d’or en France et que le groupe jouit toujours d’une très solide communauté de fans ici et dans le monde, le souhait profond de Jimme était, avec ce nouvel album, d’être à la hauteur et de ne surtout pas les décevoir.
« Silent Highway a été pensé et conçu pour les fans. On a mis du temps à y arriver. Pour moi, faire un album des Silencers est toujours une immense tâche, on met la barre tellement haute que j’en sors toujours complètement lessivé et en même temps un peu fou à chaque fois. Il y a toujours un prix à payer et il se passe toujours quelque chose : cette fois-ci, nous avons eu le droit à une pandémie mondiale ! » La veille d’un départ matinal pour Glasgow où Jimme O’Neill devait se rendre pour enregistrer et mixer les morceaux de l’album avec le groupe, le patron du bar Rennais dans lequel il était attablé annonce qu’il doit fermer les portes du bar le soir même et ce, jusqu’à nouvel ordre… Partir à Glasgow et y rester jusqu’à une date indéterminée ou rester à Rennes ? Après une dernière pinte de Guinness, le choix de Jimme était fait : il resterait à Rennes. Ce confinement signifiait donc que le groupe allait devoir trouver une nouvelle manière de travailler et d’enregistrer ce dixième disque – il leur fallait compter sur la technologie pour échanger leurs idées.
C’est ainsi qu’Aura O’Neill, la fille de Jimme, posa ses parties de voix en studio sans lui. Une grande première qu’il avoue aujourd’hui prendre comme un mantra : lâcher prise et laisser la créativité de chacun s’exprimer librement. Et finalement, après que chaque membre eut fait sa part dans son coin, le résultat était là avec le souvenir du premier album bien présent et un Silent Highway comme une synthèse quasi parfaite de tout ce qu’ils avaient accompli et réalisé depuis leurs débuts.